C'est la mi-mandat

Publié le par Michel

 

A la mi-mandat, on peut raisonnablement se poser les questions "Qu'a t-on fait", "Que reste-il à faire".

C'est sans doute les questions que la majorité municipale se pose afin de préparer les trois années qui lui reste.

 

Une majorité à la dérive

 

Tout d'abord sur le plan financier : un budget municipal en constante hausse, basé sur une politique d'augmentation annuelle de la part communale de 2%, dont les frais de fonctionnement sont plus ou moins maitrisés mais où le flou est total en ce qui concerne le budget d'investissement : pas de réel projet à l'horizon, des améliorations nécessaires mais assez contestées du fait de l'absence de concertation.Beaucoup d'audits ou d'études onéreuses pour un résultat sans lendemain ; souvenons-nous de l'enquête Abtoo sur la circulation : qu'en est-il aujourd'hui ?

Le fait nouveau en 2011, c'est l'appel à un emprunt alors même que l'état des caisses  et une meilleure gestion permettraient de l'éviter. Un emprunt c'est quand même un boulet pour les années à suivre.

 

Du côté de l'urbanisme, c'est le désengagement total qui caractérise cette première partie de mandat, et une traduction de ce désengagement par un fort vent de contestation. Laisser libre choix aux promoteurs par un plan local d'urbanisme trop flou a créé un mécontentement qui s'est traduit par de nombreux recours avec plus ou moins de succès. Et tout le monde a gardé en tête le slogan que "Du côté des Claixois" avait rabâché contre ses adversaires lors des dernières élections: "Ils veulent bétonner Claix !"

 

Du côté des transports et voiries, c'est l'incompréhension. Ce poste semble important dans notre municipalité mais il souffre de choix arbitraires. Aucune volonté d'améliorer l'accès aux transports en commun, aucun projet pour développer les modes doux de transport, d'incitation à les utiliser. A Claix, on aime sa (grosse ?) voiture alors pour faire plaisir, on refait la voirie. L'aménagement de Beyle Stendhal était plus que nécessaire et sera particulièrement coûteux ; celui de la rue du 11 novembre aussi mais alors, pourquoi ne pas envisager sa refonte complète en accord avec des études de circulation ?

 

Du côté des affaires scolaires :il faut constater une réelle politique d'amélioration des bâtiments scolaires puisque après Malhivert, c'est au tour de Pont-Rouge de bénéficier de cette politique favorable, mais à quels prix ? La volonté de conserver les infrastructures en bon état de fonctionnement ne fait pas de doute mais où est la politique d'accompagnement nécessaire ? Car construire ou rénover des écoles, c'est bien, encore faut-il des enfants à mettre dedans.

 

Du côté de la culture c'est le flop de la salle festive qui va plomber ce mandat. La création du secteur culturel a cependant insufflé un nouveau dynamisme culturel à Claix grâce aux personnes porteuses d'une réelle politique d'accès à la culture ; la salle festive aurait été l'ossature nécessaire à la complète réussite  de ce secteur. Espérons qu'elle n'en sera pas le tombeau.

 

Du côté de l'environnement, on peut noter les louables efforts effectués grâce à la volonté de quelques élus de parvenir à la réalisation d'idées simples et de bon sens. On notera des aménagements paysagers et quelques mises en valeur de patrimoine naturel réussies.

 

Du côté de la communication, on ne fait pas la différence avec le mandat précédent. pas d'appel aux nouvelles technologies ; on en reste au bon vieux journal papier qu'on doit juger plus efficace. ce qui fait que le développement de ces technologies est au point mort. Et quand on est au point mort et que tout le monde avance, cela revient à reculer. Le retard sera d'autant plus difficile à rattraper.

 

En résumé, la majorité municipale navigue à vue, une fois à gauche, une fois à droite, sans but précis. Peut-être a t-elle perdu sa feuille de route ? Une chose est sûre, ce voyage hasardeux s'arrêtera dans trois ans.

 

Une opposition constructive

 

L'opposition municipale n'a pas ménagé ses efforts pour relever le débat et proposer des idées novatrices. Grâce à son excellente connaissance des possibilités en matière financière, elle a su faire admettre la tant décriée taxe sur les terrains devenus constructibles. Dernièrement, elle a rappelé à l'équipe municipale la possibilité de bénéficier des aides de la Métro en matière de logement : trop tard cependant pour la plupart des projets de construction, par ignorance des élus majoritaires et peut-être aussi par leur manque d'assuidité aux instances de l'organisme intercommunal.

 

Difficile de faire un bilan de mi-mandat pour une équipe de l'opposition autant ignorée par ses pairs. Impossible de dire où en sont les quelques projets car il n'existe aucune commission municipale nécessaire pour la compréhension et la participation. Nous autres conseillers de l'opposition, découvrons la plupart des projets le jour où ils apparaissent dans une délibération.

 

Cependant, ne soyons pas si négatif. Il nous arrive de pouvoir avoir une influence sur les choses. Regardons l'un de nos derniers conseils municipaux : face au changement brutal des horaires de la Poste, nous avons ajouté une motion demandant la sauvegarde du service public qu'elle représente. Dans la foulée, le service communication nous a convié à l'élaboration du questionnaire sur la Poste. Espérons que cela débouchera sur un changement.

Une de nos élus a aussi contribué à l'élaboration du bail emphytéotique du fort de Comboire. Et une autre a participé au groupe de travail sur la salle festive.

Les choses peuvent changer, lentement, très lentement. Mais si elle change, c'est soit par la pression que nous exerçons, soit par la volonté de certains élus volontaires.

 

Au bout de cette première moitié de mandat, nous ne pouvons que déplorer l'attitude fermée adoptée par le Maire envers sept conseillers municipaux dont il se prive de leurs idées. Pendant les trois années à venir, les claixois ne verront pas beaucoup de changement. Car engager de nouveaux travaux très importants peut être un risque électoral. L'urbanisation va donc en rester là, idem pour les travaux de voirie : ceux qui ont commencé seront achevés (Beyle Stendhal, 11 novembre phase 1), l'école de Pont-Rouge sera rénovée pour la rentrée 2012, et la campagne électorale prendra le relais. Retrouverons-nous les trois groupes en 2014 ? Sans doute, car il y a des chiens qui ne lâchent pas aussi facilement leur proie.

 

Je vous laisse sur cette dernière phrase, à méditer dans toute ses nuances.

Publié dans publications

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> A Claix Naturellement nous avons suivi vos conseils et nous avons longuement médité sur votre dernière phrase et toutes ses nuances :<br /> <br /> http://www.claix-naturellement.fr/index.php?post/2011/03/31/Merci-Monsieur-Seyller-!<br /> <br /> <br />
Répondre